SOPK et naturopathie

Le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques), c’est quoi?

Le SOPK est un problème hormonal très répandu chez les femmes.

D’après les dernières études, le SOPK touche environ 1 femme sur 10 en France, et 75% d’entre elles souffrent d’infertilité.

Les mécanismes physiopathologiques ne sont pas connus à ce jour. Mais nous savons que c’est l’assemblage d’une multitude de facteurs qui le provoque.

Il entraine une production excessive d’androgènes, en particulier de testostérone, habituellement produite en petite quantité dans l’organisme féminin. Il en résulte une élévation du taux de testostérone dans le sang des femmes concernées.

On retrouve alors de nombreux microkystes autour des ovaires. En théorie les follicules murissent pour se transformer en ovocytes (cellules qui deviendra un ovule), mais l’excès d’androgène bloque cette maturation. Les follicules se remplissent d’eau et deviennent des kystes.

En tant normal, lors de l’ovulation, un des follicule qui a atteint sa maturité, se rompt et libère l’ovule qui pourra éventuellement être fécondé. Après l’ovulation, le follicule se dégénère et devient le corps jaune.

Dans le cas du SOPK, il y a une accumulation de follicules immatures dans l’ovaire, ce qui empêche l’ovulation. C’est la raison pour laquelle, de nombreuses femmes souffrant du SOPK ont peu ou pas de règles et des difficultés à concevoir.

Les symptômes

  • Des troubles de l’ovulation : l’ovulation se faisant mal ou pas, les cycles deviennent irréguliers (plus de 35 à 40 jours) voire absents (aménorrhée). Ils entrainent alors une infertilité dans 50% des cas.
  • Un excès d’hormones mâles (hyperandrogénie) : l’augmentation du taux de testostérone entraine un excès de pilosité, de l’acné, une chute de cheveux,…
  • Des troubles métaboliques : l’hyperandrogénie provoque un excès de graisse prédisposant le corps à une résistance à l’insuline et au diabète. Ces personnes ont des risques accrus d’avoir des problèmes cardio-vasculaires. Cela peut entrainer un prédiabète, du cholestérol, un surpoids.

Le diagnostic

Une femme est diagnostiquée comme atteinte du SOPK si elle présente deux des critères suivants :

  • Présence dans un des ovaires (ou les deux) de plus de 12 follicules mesurant 2 à 9 mm de diamètre.
  • Volume de l’ovaire ou des ovaires de plus de 10 mL sans présence de follicule ou de kystes.
  • Une ovulation irrégulière ou totalement absente. D’après les critères de Rotterdam, un cycle de moins de 21 jours ou supérieur à 35 jours est considéré comme anovulatoire.
  • Une hyperandrogénie (un taux élevé d’androgènes). Celle – ci peut être clinique (avec les symptômes comme l’hirsutisme, l’acné, alopécie) ou biologique.

Le diagnostic est souvent long et 50 % des femmes ayant le SOPK ne sont pas diagnostiquées ou pas prises en charge.

Une hypothyroïdie peut mimer un SOPK, il est donc important d’écarter cette éventualité avec votre médecin.

Les causes

A ce jour, les causes du SOPK ne sont pas totalement connues. Ce que l’on sait, c’est que l’hyperandrogénie d’origine ovarienne est une des premières causes du SOPK.

Le SOPK est multi causal. En effet, il peut être causé par des facteurs :

  • Génétiques : certains gènes impliqués dans la synthèse des androgènes sont surexprimés
  • Epigénétiques : les antécédents familiaux augmenteraient le risque d’avoir le SOPK
  • Environnementaux : l’hygiène de vie, le stress, l’exposition aux perturbateurs endocriniens

Les traitements conventionnels

1. Traitements hormonaux

Aujourd’hui, le premier traitement que l’on donne aux femmes atteintes du SOPK est un traitement hormonal: la pilule contraceptive.

Intérêt de prescrire une pilule aux femmes atteintes de SOPK ?

  • Retrouver des règles régulières
  • Diminuer l’hyperandrogénie
  • Mettre au repos les ovaires

Les effets secondaires de la pilule oestro-progestative sont nombreux et peuvent être dangereux lorsqu’ils sont pris à long terme.

2. Traitement contre l’androgénie

Ces traitements vont cibler l’hyperandrogénie et vont permettre de diminuer les taux d’androgènes.

Androcur : souvent prescrit contre l’hirsutisme présentent des risques de méningiomes

3. Traitement contre l’hyperinsulémie

  • Le Metformine est souvent prescrit pour améliorer la sensibilité des cellules à l’insuline et donc aider à la perte de poids. Il diminue l’hyperinsulémie de manière significative seulement chez les femmes non obèses et associé à une bonne hygiène alimentaire. La metformine présente des effets secondaires surtout sur le plan gastro – intestinal, une carence en vitamine B12 et à long terme, des risques d’ostéoporose.

Il est contre indiqué en cas de dysfonctionnement rénal et de maladie hépatique.

4 types de SOPK

Il n’existe pas un type de SOPK mais 4 types différents. En fonction de votre profil, votre suivi naturopathique sera donc différent, mais la première action à entreprendre dans tous les cas, c’est de diminuer l’inflammation. Pour cela, il convient de corriger l’équilibre acido-basique et aussi vérifier que l’intestin n’est pas poreux.

Je vous propose de découvrir les 4 différentes typologies de SOPK:

1. Le SOPK post pilule

C’est à l’arrêt de la contraception orale que plusieurs symptômes apparaissent.

La pilule inactive la production d’hormones sexuelles, engendrant un gros dérèglement du système hormonal.
A l’arrêt de la pilule, les hormones vont à nouveau être produites, mais au ralenti ou en excès. Cela provoque la survenue brusque d’un SOPK.

Mes conseils naturo:

  • Mettre en place une alimentation spécifique visant à stopper la production excessive d’androgènes
  • Detoxifier votre organisme, équilibrer votre glycémie, restaurer votre microbiote, gérer le stress,…

2. Le SOPK insulino-résistant

Quand nous mangeons du sucre, le pancréas sécrète de l’insuline pour réguler le taux de sucre dans le sang.

Parfois, les cellules refusent que l’insuline intervienne et font de la résistance, induisant une élévation du taux de sucre dans le sang. Le pancréas continue alors de produire l’insuline, qui va alors stimuler la production de testostérone par les ovaires, aboutissant à l’hyperandrogénisme. Apparaissent alors l’acné, l’hyperpilosité et la perte de cheveux, le surpoids voire un prédiabète.

Mes conseils naturo:

  • Stabiliser la glycémie par une alimentation à index glycémique bas.
  • Mettre en place une activité physique douce.

3. Le SOPK avec épuisement des surrénales :

Les glandes surrénales sont situées juste au-dessus de chaque rein. Elles synthétisent et relâchent des hormones dans le sang, notamment l’adrénaline et le cortisol (hormone du stress), ainsi que des hormones androgènes.

Ce type de SOPK touche les femmes qui sont sujettes à des stress répétés. Il entraine une production en excès du cortisol et des androgènes, se répercutant sur le corps par une perte de cheveux et un excès de pilosité (hirsutisme), ainsi qu’une acné importante.

Mes conseils naturo:

  • La gestion du stress: conférence cardiaque, sophrologie, conseil de fleurs de Bach, méditation
  • Dormir, se reposer
  • Faire une activité qu’on aime, tous les jours (peinture, dessin, tricot, musique,… ce qui vous détend!)
  • Une alimentation vivante, de saison, pour combler les carences éventuelles

4 – Le SOPK inflammatoire

Les personnes souffrant d’inflammation chronique synthétisent la testostérone en excès par les ovaires.

On observe les signes suivants : grande fatigue, troubles intestinaux, céphalées, douleurs dans les articulations, problème dermatologique (eczéma, psoriasis,…).

Mes conseils naturo:

  • Repérer les causes de cette inflammation chronique (alimentation, stress, manque d’exercice,…)
  • Rééquilibrer l’alimentation (suivre un régime hypotoxique pour diminuer l’inflammation)
  • Rééquilibrer le microbiote

Au fil de mon expérience, j’ai rencontré plusieurs femmes atteintes du SOPK avec des histoires complètement différentes. Je leur ai donc fourni des conseils personnalisés pour les accompagner.


❗️Je tiens à préciser qu’il est indispensable d’être suivie par ailleurs par le corps médical (gynécologue, endocrinologue…) et mes conseils ne se substituent en aucun cas à vos traitements en cours sauf avis positif de votre médecin.❗️

J’espère que cet article vous a permis de mieux comprendre le SOPK. Si vous êtes concernées par le SOPK, n’hésitez pas à témoigner en commentaires !


Soulager l’arthrose avec la naturopathie

Qu’est ce que l’arthrose?

Selon l’OMS: « l’arthrose est la résultante de phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent l’équilibre entre synthèse et dégradation du cartilage articulaire »

L’arthrose est une maladie inflammatoire et oxydative qui atteint l’équilibre de la fabrication du cartilage.

En naturopathie, nous pensons que l’arthrose et les rhumatismes sont des affections qui ont pour origine une acidité des humeurs.

Les signes de l’arthrose :

  • Douleurs dans l’articulation atteinte et sensibilité en cas de pression, mais douleur soulagée au repos
  • Atteinte de la mobilité articulaire, perte de flexibilité voire déformations articulaires
  • Raideur, engourdissement le matin
  • Rougeur, douleur et gonflement de l’articulation si inflammation
  • Les articulations les plus touchées sont: la hanche, le genou et les doigts

Les causes de l’arthrose :

  • Mécanique par hyperpression: surpoids et obésité
  • Traumatismes répétitifs, par le sport par exemple
  • Saturation des humeurs en « cristaux », déchets et résidus des métabolismes azotés et des produits de catabolisme des sucres rapides (acidose liée à l’alimentation, au stress,…)
  • L’âge: peut apparaître à partir de 40 ans, mais le plus souvent après 65 ans. (Chez la femme, les hormones sécrétées avant la ménopause sont protectrices des articulations)
  1. Conseils généraux en cas d’arthrose :
  • Mobiliser régulièrement les articulations avec un minimum d’exercice physique (marche, gymnastique,yoga, qi gong)

Des activités douces qui permettent de maintenir du mouvement. Les étirements aident à maintenir la flexibilité des muscles et des tendons

  • Repos de l’articulation en cas de crise
  • Par temps froid et humide, s’habiller chaudement
  • Diminuer l’excès de poids qui fatigue les articulations
  • Eviter les mauvaises postures de travail
  • Dormir suffisamment car le corps se désacidifie pendant la nuit

2. L’alimentation en cas d’arthrose


Il faut adopter une alimentation anti-inflammatoire et antioxydante qui :

  • neutralise les radicaux libres
  • abaisse le niveau d’inflammation
  • ralentit la destruction du cartilage
  • abaisse le niveau de douleur

En pratique, adopter une alimentation antioxydante consiste à :

  • Consommer des fruits: cerises, fraises, framboises, acerola,…
    riches en vitamine C naturelle
  • Consommer des légumes (chou rouge, brocoli, artichaut, épinards,…) à chaque repas (crus et cuits), d’origine bio de préférence
  • Privilégier la cuisson à basse température
  • Consommer suffisamment d’omégas 3 car ces bonnes graisses ont une action anti-inflammatoire.
    Source d’omégas 3: huile de colza, de lin ou de noix première pression à froid, petits poissons gras (sardines, maquereaux, anchois,…)
  • Cuisiner avec de l’huile d’olive car elle contient des omégas 9 anti-inflammatoires
  • Exclure le gluten pendant 4 semaines; remplacer le blé, le seigle, l’orge, l’avoine, l’épeautre par du riz, du sésame, du sarrasin
  • Exclure les produits laitiers car ils favorisent la perméabilité intestinale et donc l’inflammation
  • Restaurer une flore intestinale de qualité en faisant une cure de probiotiques et en consommant des aliments crus (prébiotiques)
  • Limiter les protéines animales (qui acidifient l’organisme) et favoriser les protéines végétales et les produits de la mer (poisson, crustacés, algues)
  • Ajouter des épices dans vos repas, en particulier curcuma et gingembre
  • Apporter suffisamment de vitamines et minéraux:
    o Calcium: sardines en boîte avec leurs arêtes, chou chinois, brocoli, choux de Bruxelles, les amandes, les raisins secs, les figues, les eaux minérales
    o La vitamine C: elle est capitale pour éviter l’oxydation du cartilage et favoriser la synthèse du collagène
    o La vitamine D: s’exposer raisonnablement au soleil en été et complémenter en vitamine D3 en hiver
    o La vitamine E: anti-oxydante et anti-inflammatoire (huile de colza, les noix, noisettes, avocats, fruits de mer,…)
    o Le potassium: il limite les fuites de calcium en neutralisant les effets d’une alimentation trop acide (source: abricots, amandes, avocats, datte et figue séchée, jus de pruneau, épinards, lentilles,…)

3. Stimuler les organes émonctoires :

L’arthrose étant une maladie à « cristaux », nous allons évacuer les acides en ouvrant les portes de sorties:

  • Les reins: augmenter la ration hydrique, plantes à action diurétique (aubier de tilleul, bouleau)
  • La peau: activer les glandes sudoripares (bain chaud, sauna,…)
  • Les poumons: exercice physique au grand air, respirations ventrales,…
  • Faire des monodiètes pour « nettoyer » l’organisme

4. Plantes efficaces en cas d’arthrose :

  • Harpagophytum: effets anti-inflammatoires puissants et vertus antalgiques
  • La prêle: riche en flavonoïdes anti-inflammatoires et en minéraux, reminéralisante (en gélules ou en tisanes)
  • L’ortie: reminéralisante (en poudre sur les soupes et salades, en tisanes)
  • La reine des prés: aspirine végétale (en infusion, mais ne pas la faire bouillir). Pas pour les personnes allergiques à l’aspirine ou sous anticoagulants.
  • Le thé vert: riche en antioxydants

5. Usage externe, pour soulager localement :

  • Huiles essentielles de gaulthérie (présence de salicylate de méthyle donc attention pour les personnes sous anti-coagulants ou allergiques à l’aspirine), genièvre, romarin, cyprès
  • Huile d’arnica
  • Argile verte en cataplasme (à appliquer sur une bande de gaze que l’on met sur l’articulation douloureuse pendant 1 à 2 heures)
  • Flexarome

Voici quelques pistes pour soulager votre arthrose au naturel. Bien entendu, pour être plus efficace, je vous conseille de consulter un naturopathe qui vous donnera des solutions adaptées à votre cas, chacun de nous étant différent.

Bonne journée,

Dominique